Le chien est un animal de compagnie extrêmement dépendant de son maître. L’absence de ce dernier peut le perturber. Dès les débuts, des mesures sont à prendre pour habituer le chiot à rester seul afin d’éviter diverses complications.

Soyez patients

Comme pour un enfant, l’éducation d’un chiot requiert de la patience. Il n’est pas dans l’intérêt du maître de précipiter les choses et de forcer l’animal à rester seul sur de longues durées. Se renseigner sur le caractère canin est utile pour déterminer les méthodes adéquates. Le chiot, à l’inverse du chat, ne s’accommode pas facilement à la solitude. Il va développer un sentiment puissant d’interdépendance. Par son caractère primitif, il est destiné à évoluer en meute, à composer avec un statut social qui l’engage à se sociabiliser. Faire aller drastiquement le chiot contre sa nature ne mènera donc à aucun résultat viable.

Apprenez le détachement émotionnel

La première étape de l’éducation pour faire de votre chiot un animal indépendant, et non solitaire, est d’apprendre vous-même à vous détacher sentimentalement de lui. Le parallèle avec le bébé est encore édifiant. En effet, si vous cédez à tous ses caprices dès que l’envie lui vient, vous ne ferez que creuser le gouffre qui le sépare de son indépendance. Consacrez du temps aux jeux et aux câlins tout en restant ferme avec lui. La difficulté est d’entendre ce dernier se lamenter en votre absence. On peut croire qu’il est appréciable d’éduquer un chiot en période de vacances quand notre temps lui est entièrement consacré, mais ne pas le confronter directement à l’absence est contre-productif. Modifier délicatement son système affectif en l’habituant à être seul dans une pièce pendant quelques secondes, puis quelques minutes, vous mènera sur la bonne voie. Enfin, le marchandage, souvent utilisé pour soulager une difficulté, ne fera que renforcer l’attachement. Ce n’est pas en promettant une friandise à votre chiot en échange de quelques minutes de paix qu’il comprendra. Par cette concession, tout ce que vous constaterez sera son obésité progressive.

Installez un environnement propice à l’apaisement

Qui dit briser certaines habitudes ne veut pas dire complètement les oblitérer. En votre absence, le chiot aura besoin d’un cadre familier pour compenser sa solitude qui lui pèse. Chaque chiot est différent, mais tout chiot a eu une mère. Par effet de miroir, il aura transposé l’image maternelle sur vous. Afin de le conforter dans sa quête d’indépendance, un cocon privé lui sera utile pour qu’il se développe. Un trop grand espace peut faire paniquer le chiot ; un espace réduit lui facilite les repères, surtout si ce dernier dispose de centres d’intérêts évocateurs de votre personne. Achetez-lui des jouets et placez un parc délimité avec son panier pour que son attention ne s’éparpille pas.

Jouez avec les habitudes

Le point le plus difficile sera certainement de manier les habitudes à votre avantage. En effet, la routine est inhérente à la vie du chien, mais elle doit être régulée pour que son épanouissement soit réel. À force d’observation, le chiot saura à quel moment vous partirez au travail, à quel moment il sera l’heure de sortir etc. Cette anticipation, accentuée par l’obsession de l’animal, ne fera que renforcer son stress et sa tristesse au moment de la séparation. Pour palier à cela, le détachement émotionnel, voire l’ignorance, devront être soigneusement accouplés à un dérèglement de vos habitudes pour que le chiot intègre la notion d’imprévu plutôt que la notion de routine. Dans tout ce que vous ferez, il sera important de laisser votre animal de compagnie s’acclimater aux changements, quitte à faire semblant de l’ignorer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here